« Les démoniaques » – Mattias Köping

Un violent uppercut brillant dans la littérature noire

Résumé

C’est l’histoire d’une vengeance. L’histoire d’une fille qui affronte une bête. Son proxénète, son violeur. Son père…

Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au cœur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie. Depuis la Souille, son repère situé au cœur de la forêt, l’Ours dirige son clan d’une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel. Sa fille n’a qu’une obsession : attendre froidement l’heure de la vengeance.

Mon avis

Une fois de plus, Mattias Köping ne fait pas dans la dentelle. L’auteur nous plonge dans un univers glauque à souhait et peu ragoûtant pour les âmes sensibles. Une chose est certaine, on ne peut que difficilement lâcher ce nouveau chef-d’œuvre. Une plume acérée dans un gant de fer. Le lecteur est emmené inconsciemment vers les profondeurs sombres de cette communauté peu reluisante où tout le monde sait mais personne n’ose dénoncer. Un uppercut littéraire, génial mais totalement inclassable. Où s’arrêtera Mattias Köping ?

Références

KOPÏNG, Mattias. « Les Démoniaques ». Editions Ring, 10/2016.  392 pages.

« Le manufacturier » – Mattias Köping

Une oeuvre majeure qui ne recule devant aucune limite

Résumé

Le 19.11.91, des paramilitaires serbes massacrent une famille à Erdut (Croatie). Laissé pour mort, un garçonnet échappe aux griffes des tortionnaires, les Lions de Serbie. 25 ans plus tard, une avocate tente de remonter la piste jusqu’à la tête du commando. Le 01.04.2017, les cadavres d’une femme et de son bébé sont retrouvés dans la banlieue du Havre, atrocement mutilés. Niché dans le dark Web, un inconnu revendique le double meurtre et propose les vidéos de ses crimes à la vente sur son site Internet… Depuis quand sévit-il ?

Mon avis

Un style direct, des détails percutants, une maîtrise hors du commun du suspense et des personnages inclassables. Mattias Köping réunit tous les ingrédients pour obtenir un chef-d’oeuvre du genre.

Un livre sans fausse note, déroutant, qui vous met KO dès les premières pages. Il marquera de nombreuses générations car il ne recule devant aucune limite.

Une oeuvre puissante à ne pas mettre entre toutes les mains.

Références

KÖPING, Mattias. « Le Manufacturier ». Editions Ring, 01/2020. 976 pages.